• Accueil
  • > Introduction aux principes des grèves de la gratuité

Introduction aux principes des grèves de la gratuité

  Bonjour,

   Ce blog est issu d’une initiative personnelle d’un internaute. Excusez donc son possible amateurisme. Par ailleurs, si le sujet vous touche, n’hésitez pas à venir nous aider pour l’enrichir…

  Je suis un jeune militant de gauche. Au fil des discussions avec des citoyens, il m’est apparu évident que le principe de la grève dite « de blocage », même s’il est utilisé à bon escient et pour servir une juste cause, engendre de la frustration, de la colère, et de l’incompréhension. En ces temps de remous sociaux (mi-Novembre 2007, à l’heure où j’écris ces lignes), les amalgames sont faciles, et les grévistes ont tôt fait d’être assimilés à des sortes de « terroristes » qui « prendraient en otage » la population.

  De fait, même si celle-ci peut sympathiser avec la cause (ou les causes) à l’origine des blocages, la brutalité de la méthode employée, qui impacte au final bien plus « les gens » que le gouvernement, les ministères ou les compagnies fautives, retourne naturellement une partie du peuple contre lui-même.

  Existe-t-il une alternative à ce chaos ? Est-ce vraiment malin de bloquer les transports, alors que même les manifestants ont besoin de les emprunter ?

  Ce blog détaillera, article après article, le principe suivant, dit des « grèves de la gratuité »; Il s’agit simplement, dans le cadre des transports par exemple, d’assurer le service tout en empêchant les usagers de payer. L’effet est immédiat : En bloquant la trésorerie, les grévistes s’assurent d’un terrible moyen de pression sur leurs adversaires politiques. Evidemment, cette méthode ne lèserait plus les usagers, qui pourraient même se montrer, dès lors, plus enclins à sympathiser avec les revendications du mouvement social.

  Au final, alors, tout le monde y gagne ? Evidemment, tout n’est pas aussi simple… Les compagnies de transport avancent de fumeux contre-arguments basés sur la « sécurité des voyageurs ». Le gouvernement refuse pour l’instant, à l’initiative de certains syndicats, d’organiser une table ronde pour instituer cette méthode de grève. Celle-ci a pourtant été reconnue valide par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

  Ajoutons enfin que les Grèves de la Gratuité seraient applicables dans de nombreux domaines, autres que celui des transports : Santé, énergie, éducation… Le principe de base consistant à « capturer » la trésorerie pour contrôler un secteur, peut être comparé à une forme d’autogestion. C’est donc une méthode « moderne » pour la France… Saura-t-elle y avoir recours, même sans le feu vert de ses dirigeants ?

2 Réponses à “Introduction aux principes des grèves de la gratuité”

  1. Athénaïs dit :

    Si ils attendent après le feu vert des patrons ou du gouvernement, nos petits-enfants pourront encore se battre pour mettre ce principe en place !!!!!!!!!!!

  2. monicab dit :

    merci pour ce blog. Je fais circuler les infos. Bon courage,

Laisser un commentaire