Grève du zèle : l’exemple des douaniers belges

  La grève du zèle consiste à manifester son mécontentement par le respect scrupuleux d’un règlement, dans le but de le détourner. Les douaniers belges en ont fourni un exemple saisissant (bien que ce principe d’action soit en fait assez ancien), en instaurant un contrôle minutieux de tous les véhicules. Evidemment, en procédant ainsi, on bloque sévèrement la circulation – mais c’est légal et réglementaire.

  A noter que cette méthode est le contraire de celle choisie par les Autoroutes du Sud de la France (voir l’article s’y rapportant).

Le personnel des douanes de l’aéroport de Zaventem mènera une grève du zèle, ce 1er février dès 10H, pour protester contre « les fouilles justifiées et injustifiées du personnel des douanes par les services de sécurité », rapporte mercredi De Tijd.

« Tous les camions et valises seront passés au peigne fin, alors que seuls quelques échantillons sont contrôlés habituellement », a déclaré François Goris, du syndicat indépendant NUOD (UNSP).

Cela aura-t-il été efficace ? Jugez-en d’après ce communiqué officiel…

Les agents de l’Administration des Douanes qui travaillent à l’aéroport de Bruxelles national ont mené aujourd’hui entre 10h et 12h une grève du zèle en réaction aux strictes contrôles de sécurité dont ils sont victimes dans le cadre des nouvelles mesures de sécurité européennes introduites récemment.

Ces contrôles de sécurité constituent un obstacle au bon déroulement des contrôles douaniers tant dans la zone libre que dans la zone sécurisée.

La douane fait part de sa compréhension envers l’attitude de ses fonctionnaires et reconnaît le problème.

Le dossier sera introduit aujourd’hui auprès du Comité de Sécurité local de l’aéroport. Une première réunion entre la douane et le Président du Comité de Sécurité local pourrait encore se dérouler dans le courant de cette après-midi.

Noël Colpin

Laisser un commentaire