Précédent : Les « grèves de la pince » de 1989

Source : TF1 - Ce qui explique sans doute le ton pessimiste de l’article…

FRANCE« Ouvrez, ouvrez les portillons, les barrières au péage, faites la grève des contrôleurs mais pas des trains ! » Voilà la supplique de nombre d’utilisateurs de transports en commun qui exhortent les grévistes à rendre les transports gratuits plutôt que de faire grève. L’opération aurait « l’avantage » de pénaliser l’entreprise au même titre qu’une grève sans provoquer la pagaille chez les utilisateurs.

Oui, mais voilà, c’est impossible. Pour le moment en tout cas. La question a été posée il y a quelques jours par Sud-Rail et la Fédération des usagers des transports et des services publics (FUT-SP), qui ont réclamé « une table ronde Etat-entreprises de transport-syndicats-usagers » pour faire reconnaître une telle forme de grève. Les deux organisations s’appuient sur un arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) du 17 juillet dernier, selon lequel « le ralentissement de travail » d’agents de péage turcs ayant le statut de fonctionnaires, qui avaient quitté leur poste et permis aux automobilistes de passer sans payer, « pourrait être considéré comme une action collective d’ordre général dans le contexte de l’exercice des droits syndicaux« .

Cependant, la SNCF ne fait pas la même analyse de ce qu’elle juge comme un « cas d’espèce« . « Cela n’est pas qu’un problème juridique« , précise Jean-Pierre Menanteau, directeur des finances et des affaires juridiques de l’entreprise. Lors d’une « grève de la pince » en 1989, alors que les contrôleurs avaient refusé en masse de vérifier les billets, la direction de la SNCF avait prévenu que cela constituait « une véritable remise en cause des obligations même du contrat de travail« , c’est-à-dire « une faute professionnelle« .

Selon Sud-Rail, « les grévistes qui ont intenté des recours juridiques contre leurs sanctions ont été désavoués, ce qui a été un frein à ce type d’expérience« . « On comprend bien pourquoi la direction SNCF est hostile à cette forme de grève qui serait au contraire particulièrement bien accueillie par les usagers« , estiment le syndicat et la FUT-SP.

Laisser un commentaire